ULTRA TRAIL DO MARÃO

utm

Imaginez une région du nord du Portugal. Un Royaume Merveilleux. Toute une région avec des secrets bien gardé, qui attendent d’être explorés, protégée par une chaîne de montagne imposante – Le “Marão”.

La montagne qui pendant de longs siècles a séparé accentuément toute une région situé à l’intérieur nord du Portugal, qui se dénomine “Trás-os-Montes”, et a été un obstacle pour son développement.

Citons une phrase de quelqu’un qui est né à cet endroit, Miguel Torga: “De ce côté du Marão, commandent qui est lá!”. Cette expression tellement utilisé dans la région décrit d’une forme claire la relation d’isolement de cette région qui a des caractéristiques unique du reste du pays, qui se doit aux caprices imposés par ces montagnes. En parcourant la EN15, qui relie Porto à Bragança, il est plus simple de traverser la région, le voyage n’est pas rapide mais il nous permets des vues incroyable dû au contraste des paysage et qui compense le lent parcours.

Evento I_

Le Marão aujourd’hui n’est pas un obstacle, mais une porte d’entrée pour des régions d’une beauté magnifique, d’innombrable enchantements, des défis uniques et de recherche de secrets singuliers. Il y a tout un Royaume Merveilleux pour découvrir!

Le Compressort UTM – Ultra Trail du Marão propose un défi d’aventure authentique: parcourir à pied les collines les plus redoutables et les sommets les plus sauvage de cette chaîne de montagne, parfois avec de la neige et des roches, limité par les rivière Tâmega (oueste), Corgo (este) et Douro (sud). Les parcours sont plein d’histoires qui nous transportent à l’imaginaire d’autres temps et nous font sentir à quel point ces montagnes sont rudes pour les gens qui y habitent, des gens simple et de sacrifices. Ne vous rendez jamais aux difficultés. Rêvez.  Acceptez le défi. Croyez-y. Atteignez le bijou du Tâmega.

Evento II_

Le défi initie à Amarante, dénominé “Princesse du Tâmega”. C’est une localité magique de rencontre de générations où interagi la culture, l’histoire et les traditions.  Parcourant les itinéraires millénaires d’histoire, après une monté et une descente compliqué et vous vous retrouvez à “Covelo do Monte”. Il s’agit d’un petit village montagneux qui se situe sur le massif montagneux ouest et où encore aujourd’hui il continue une identité très traditionnelle, essentiel pour les bergers. À cet endroit s’initie le vrai défi de découverte de ces montagnes.

Le chemin nous oriente vers l’inconnu et la descente par la rivière des Covas qui exige concentration. Après une petite fontaine, les mines de Sobrido. Son exploration a été l’origine du petit village de Canadelo où la chaux était cuites dans les fours et qui après a servi à la construction du chemin de fer du Tâmega. Mais son ex-libris est une prise d’eau construite dans sa totalité en pierre. On arrive à la rivière d’Olo qui nous invite à une plongée quand les températures sont élevées. Le parcours se déroule maintenant dans la colline de la Meia Via, une courte et dure monté nous apportent à la Cristas. Depuis le village de Mouquim (au sommet) on prend un chemin séculaire jusqu’au fameux pont de fil.  On traverse le rivière Olo et on rentre dans le Royaume Merveilleux. On est á la Serra do Alvão qui nous montre le typique village de Tejão. La montée jusqu’à la tour du guet est de progression facile et au plateau de la Portela da Louseira, à la lumière du jour, détendez-vous, respirez fond et contempler. Le plus beau balcon pour admirer: Le Planalto de Vaqueiros (1311m), les cascades des Fisgas de Ermelo et le Mont Farinha (947m, qui a comme icône le sommet de la Vierge de la Graça). En descendant la colline, après une ancienne exploration minière, un parcours qui s’appelle inca prépare le coureur pour l’enchantement du Chão de Rosso. On est juste de passage tel quel les ours ibériques en temps; les « silhas » nous le rappelle. Nous arrivons au bucolique village de Pardelhas. Perdu dans le temps et du modernisme elle prépare l’athlète pour le tronçon le plus exigent du défi. Du sommet du Mont Velão à Pena Suar les vents sont tempétueux. Ce n’est pas Adamastor, non. Oui l’Alvão et le Marão qui se dispute et mède leurs forces. L’athlète s’abri au haut de Espinho et attaque le Alto das Veias et le Portal de la Freita (1334m). La tempête se calme. On rentre dans une forêt de bouleaux. Au village de Montes, la population est sympathique comme à Cotorinho. La beauté du bois qui entoure la rivière du Moinhos nous possibilite de récupéré les forces pour attaquer le KM vertical du Marão. On est encore à la moitié de la monté et on se retrouve avec un mur monstrueux. On est entourés par des falaises rudes, agrestes, agressives et sauvages. Résilience. La lutte développe la rage, mais l´âme s’enveloppe. C’est son royaume. Survient l’Observatoire Astronomique. On a conquis le point le plus élevé de la cordillère, le sommet du Marão (1416m). Nous sommes réconforter au refuge de Notre Dame da Serra, où les plus vigoureux ont invité à poursuivre leurs parcours.

utme3

On se retire Du Royaume Merveilleux. La longue descente passe par le sommet de la Fraga da Ermida, la Côte das Lajes e Seixinhos nous offres de superbe vues panoramiques. Mafómedes est un de ses petits paradis. La forêt de marronniers et chênes centenaires s’allongent jusqu’à Teixeira. Le paysage montagneux change considérablement. La montagne de Matos n’a pas de forêt, les blocs de pierres s’accumulent et se parcourent facilement. L’ancienne chaussée romaine (avant oublié) nous fait passer pars divers affleurement rocheux.  Sur la colline du Castelo il a été construit, il y a plusieurs siècles, une fortification de où était commandé tout se territoire. Par des parcours ruraux on rentre dans la Mata de Reixela, la plus importante zone de forêt native de cette région.

On traverse la rivière d’Ovil et on entre dans la montagne de Aboboreira. La dernière grande montée nous fait parcourir la plus vaste nécropole mégalithique du Portugal. Par des chemins de montagnes on descend et on passe par Aldeia Velha et on flâne sur une succession de cascades exubérante au long de la riviére de la Goiva. On arrive à la rivière Ovelha. On se prend une petite monté jusqu’à Salvador do Monte ensuite on a une courte descente jusqu’à la pise du Formão. Ce sont deux kilomètres finaux avec une vue excellente sur la rivière du Tâmega. Le parcours en forêt est plat et nous proportionne le défi souhaité et permet d’admirer toute la beauté de cette zone riveraine où s’évidence naturellement la ville d’Amarante. C’est le point final de ce défi.

Tu t’aventure? Vis le défi!On t’attend!!!